Une station de sports d'hiver aux portes de Paris

(Mars 2015)
Ouest de Paris

Sur la route qui mène à l'étang de Saint Cucufa, dans la forêt de la Malmaison, juste après la Maison de la Nature, deux voitures forment un épi qui empêche la montée. La pente trop raide a eu raison de leur trajectoire, elles ont glissé sur le sol gelé...
Seuls les automobilistes prévoyants et munis de chaînes grimpent jusqu'au sommet. Renards, écureuils et lapins n'en reviennent pas. Qui se rappelle qu'il y a moins d'un mois, on trouvait dans cette forêt des colonies de champignons, et des châtaignes par paniers ?
Ce matin, le froid soleil d'hiver irise l'étang et fait briller les cristaux dans les branches, le sol blanc jonché de feuilles craquèle sous les pas. Et là, tout à coup, surgi d'on ne sait où, un skieur de fond, soufflant comme une cafetière ancienne, l'air réjoui d'un skieur de fond. Tout le monde s'arrête pour regarder passer l'énigmatique bonnet rouge tirant sur ses bâtons, qui entraîne dans son sillage deux sportifs en chemises écossaises. Serait-ce chose possible à Rueil-Malmaison ?
Mais oui, car devant la maison du garde-forestier se dresse une cabane sur laquelle on a écrit à la hâte "location de skis – luges – vin chaud".
Un peu plus loin, une bande de petits lutins dévale la pente en luge, certains sur des pelles colorées, d'autres à deux sur une luge à spatules.
Lorsque la neige s'invite sur les hauteurs de Rueil-Malmaison, une multitude de petits vallons et de pentes raides lui donnent un air de Suisse Normande. De là à l'appeler la Suisse Francilienne, il n'y avait qu'un pas, que des audacieux mordus de glisse n'ont pas hésité à franchir.
Ephémère, dites-vous ? Mais les stations alpines ne vivent-elles pas le ski que le temps d'une saison?



Laurent Pernet

Cliquer ici pour revenir à la page "Balade à l'Ouest de Paris"