Comment gérer les sentiments négatifs de nos enfants ?

(Avril 2015)

Kids Ouest de Paris

Ou plutôt l'expression des sentiments négatifs : colère, agressivité, pleurs, mais aussi stress, réveils nocturnes... la liste est longue de tous les désagréments posés par une tristesse ou une jalousie refoulée, une peur cachée, une envie moquée...
De nos jours il est assez couramment admis qu'il est salutaire d'exprimer ses émotions. C'est pour cela que nous nous précipitons chez les psychologues, pour vider nos sacs, une question reste cependant : quand et comment les avons-nous remplis ? Souvent, nous avons appris à les remplir et à bien les tasser pendant l'enfance, pour des raisons couramment admises: bonne conduite, limites, et pas mal de "c'est comme ça !".

Non, ce n'est pas comme ça !
Un enfant est un être en ébullition, qui doit faire face à une tornade permanente de sentiments contradictoires. Permettons-lui de lâcher la pression de temps en temps et d'écouter ce qu'il veut bien partager avec nous.
Cela ne veut pas dire que nous serons forcément d'accord mais nous serons présents afin qu'il ne se débatte pas seul avec ses angoisses et ses doutes. Oublions donc les "ne dis pas ça" et autres "va dans ta chambre", reformulons le malaise pour que l'enfant se sente entendu : "tu as l'air très fâché, triste, déçu, tu aurais voulu rester/partir, c'est pas marrant de se dépêcher...".
Devant votre enfant en furie, rappelez-vous juste cette phrase : une émotion qui peut s'exprimer, disparait.

Sophie Bénézech
Psycho-praticienne
Cliquer ici pour revenir à la page "Kids"