Une pièce en plus sans déménager : bien préparer son projeté

(Novembre 2015)

Maison et jardin à l' Ouest de Paris

Il n'est pas toujours possible d'acheter plus grand, le marché de l'immobilier restant très cher. Une des solutions pour pousser les murs est la création de pièces supplémentaires en utilisant des surfaces vacantes.
Plusieurs possibilités s'offrent à vous : l'aménagement de combles, la surélévation, l'extension, la véranda, l'aménagement du sous-sol ou de garage, la création d'une mezzanine, nous les détaillerons dans nos prochains éditos.
Mais dans un premier temps, nous allons voir les points importants qui doivent retenir toute votre attention car ce type de projet, pour être mené à bien, doit être mûrement réfléchi.
Il faut tout d'abord définir le besoin, notamment l'utilisation de cette ou ces pièces supplémentaire(s) (cuisine, salon, chambre, salle de bain...). Elles ont chacune leur spécificité, par exemple, pour une cuisine ou une salle de bain, il faudra prévoir les arrivées et évacuations d'eau; un sous-sol pourra abriter un bureau mais pas une pièce à vivre.
Vous devez établir votre budget ; de celui-ci dépendront les possibilités qui s'offrent à vous, le coût des travaux pouvant doubler voire tripler entre un aménagement d’un garage et celui des combles. Et n'oubliez pas que l'augmentation de surface habitable aura des conséquences sur les taxes foncières et d'habitation.
La surface plancher supplémentaire est également un élément important ; une déclaration préalable sera suffisante si elle fait entre 5 et 40m2, au-delà un permis de construire sera nécessaire (c'est également le cas dans les zones urbaines si elle fait entre 20m2 et plus et que la surface totale de l'habitation dépasse 150m², de plus un recours à l'architecte est alors obligatoire).
Il est préférable de se renseigner auprès de la mairie et de consulter le PLU (plan local d'urbanisme) ; il définit les différentes règles selon les zones, par exemple la hauteur du bâti, la distance d'une limite de propriété à une autre.
De plus, certaines zones sont soumises à l'accord de l'Architecte des Bâtiments de France (ABF), les délais peuvent être plus longs, il est recommandé de le consulter au préalable afin de présenter un projet qui répondra à ses attentes.
Pour finir, en fonction du projet, une étude de sol et de structure peut se révéler nécessaire, notamment pour une extension ou une surélévation. De plus être accompagné d’un architecte peut être un atout car il saura intégrer parfaitement cette nouvelle surface à l'architecture de votre bien et tiendra compte des contraintes. Il peut également prendre en charge les démarches d’urbanisme et gérer la coordination des travaux.

Brigitte Mathias
Courtier en travaux

Cliquer ici pour revenir à la page "Maison et jardin"